CHIRURGIEN OPHTALMOLOGISTE
Spécialiste Glaucome, Cataracte, Pédiatrie​
APPELEZ-NOUS

3 infos clés sur la conjonctivite allergique

La conjonctivite allergique : savez-vous qu’il en existe 4 formes différentes ? Sauriez-vous en reconnaître les symptômes ? Et connaissez-vous les moyens utilisés pour la soigner ? Dans cet article de Femme Actuelle, le Dr Stéphanie Zwillinger intervient sur les causes, symptômes, et durées des traitements. Mais l’équipe COP9 vous offre en plus cet article avec de nombreuses informations complémentaires ! Continuez votre lecture pour découvrir 3 infos clés à retenir sur la conjonctivite allergique.

conjonctivite allergique
Homme avec un œil présentant une rougeur

1 – Il existe 4 formes de conjonctivite allergique !

Conjonctivite allergique aiguë

Il s’agit de la conjonctivite classique. Dans ce cas :

  • l’oeil présente une rougeur ;
  • les paupières peuvent gonfler ;
  • il y a un larmoiement abondant avec une baisse légère du champ visuel ;
  • des sécrétions claires peuvent être présentes dans l’œil.

Cette conjonctivite allergique présente une gêne au quotidien. Cette réaction est nommée anaphylactique, c’est-à-dire que votre corps réagit rapidement (de quelques secondes à quelques minutes) face à un contact massif et direct avec l’allergène. 

Conjonctivite allergique saisonnière

Ce type de conjonctivite correspond aux réactions oculaires présentes sur la durée d’exposition à l’élément allergène.

Nous pouvons citer comme exemple de conjonctivite allergique saisonnière :

  • l’allergie aux arbres, comme le platane et l’olivier (de janvier à mai) ;
  • l’allergie aux graminées, comme le chiendent (de mai à juin) ;
  • l’allergie aux herbacées, comme l’ambroisie (de juillet à octobre).

L’allergie la plus commune est celle aux pollens, présents au printemps et en été. Les pollens sont présents dans l’air, et se déposent à la conjonctive. Plus durable dans le temps, la conjonctivite saisonnière va ressentir des picotements, une sensation de poussière sur l’œil, comme une gêne sous la paupière. Sans traitement, ni arrêt d’exposition à l’allergène, cette pathologie ne va pas régresser. 

Conjonctivite allergique perannuelle

Ici, les allergènes responsables de la conjonctivite sont complexes à identifier. Les personnes allergiques peuvent avoir des symptômes minimes voire aiguës, et sont chroniques (tout au long de l’année). 

La cause de ce type de conjonctivite allergique peut être :

  • une exposition professionnelle, comme des produits chimiques ;
  • des moisissures ou champignons présents dans le foyer ou lieu de travail ;
  • des acariens ;
  • des poils d’animaux.

Ici, en plus de ressentir les gênes oculaires, des réactions au niveau ORL se font observer : toux, maux de gorge, écoulement du nez clair. Ce type de pathologie est à surveiller car elle peut être porteuse d’atteintes chroniques complexes et sévères. N’hésitez donc pas à prendre rendez-vous avec votre ophtalmologue et votre médecin généraliste à ce sujet. 

Une forme particulière et sévère d’allergie: la kératoconjonctivite vernale

La kératoconjonctivite vernale (KCV) est aussi rare que sévère. Cette allergie oculaire survient essentiellement chez les enfants, mais aussi chez les jeunes adultes. En moyenne, on compte 8 cas sur 10 se déclenchant avant les 10 ans.L’inflammation de la surface oculaire est particulièrement visible, avec des phases aiguës au printemps et en été. 

Ce type de conjonctivite doit être rapidement diagnostiqué puisqu’il peut causer des lésions à la cornée (visible lors d’une topographie cornéenne), qui perdra sa transparence irrémédiablement.

2 – Reconnaître les symptômes de ma conjonctivite allergique

Nous avons rapidement présenté les symptômes des 4 formes de conjonctivite allergique dans la partie précédente, il est temps d’en savoir plus et être capable de la reconnaître rapidement.

Peu importe l’origine de la conjonctivite, les symptômes communs seront les suivants :

  • intense picotement ;
  • sensation de brûlure ;
  • hypersensibilité oculaire ;
  • gonflement des paupières ;

On constatera par la suite que la conjonctive rougit, et peut entraîner un œdème, ce qui explique le gonflement du globe oculaire. Nous vous conseillons d’éviter de vous gratter les yeux malgré les fortes démangeaisons puisque cette action causera un érythème.

Les patients atteints de conjonctivite auront les deux yeux seront touchés par ces symptômes, avec parfois un œil plus qu’un autre.

Dans le cas d’une conjonctivite allergique saisonnière et perannuelle, vous serez sujet aux symptômes suivants, en plus de la liste ci-dessus :

  • un larmoiement important, parfois filandreux ;
  • une rhinorrhée ;
  • des démangeaisons

Les symptôme de l’allergie de type kératoconjonctivite vernale (KCV) sont : 

  • un écoulement épais et filandreux ;
  • des petits ulcères douloureux ;
  • une photophobie (hypersensibilité à la lumière) ;
  • une diminution permanente de la vision

Nous vous rappelons que la KCV est une urgence ophtalmologique : il est nécessaire de réagir rapidement en prenant rendez-vous afin de la traiter et d’éviter toute aggravation !

3 – Comment soigner la conjonctivite allergique

Tout d’abord, il est nécessaire de poser le bon diagnostic. Pour cela, si vous avez des antécédents, ou d’autres allergies, n’hésitez pas à les communiquer à votre ophtalmologiste. Parfois, trouver la cause de l’allergie est complexe, néanmoins les personnes souffrant de conjonctivite allergique peuvent être soignées grâce à des soins que nous allons vous présenter.

Le ou les traitements proposés répondent aux symptômes de l’allergie ainsi qu’à son type :

  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens, en gouttes ;
  • des antihistaminiques, sous forme orale ou oculaire ;
  • des antidégranulants mastocytaires, sous forme de collyre ; 
  • des corticoïdes, sous forme de gouttes.

Pour la kératoconjonctivite, des immunosuppresseurs peuvent être prescrits en alternatives aux corticoïdes. Pour les conjonctives allergiques saisonnières, on aura une combinaison d’antihistaminique et de gouttes stabilisatrices des mastocytes. Ces soins sont sans risques ni effets secondaires spécifiques ou effets indésirables.

Sans oublier bien entendu une hygiène stricte afin d’éviter toute surinfection. Nous vous encourageons à :

  • réaliser un lavage des mains rigoureux ;
  • rincer vos yeux avec du sérum physiologique.

Vous avez maintenant découvert 3 infos clés sur la conjonctivite allergique ! L’équipe COP9 du Dr Stéphanie Zwillinger espère vous avoir sensibilisé aux symptômes des différents types de conjonctivites, ainsi qu’aux risques d’infections en cas d’absence de traitement. Que vous ayez un ou plusieurs symptômes, ne les laissez pas s’installer et consultez le plus rapidement possible votre généraliste et votre ophtalmologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *