CHIRURGIEN OPHTALMOLOGISTE
Spécialiste Glaucome, Cataracte, Pédiatrie​

Le larmoiement de l’œil

Est-ce une simple irritation ou un autre syndrome qui doit vous alerter ? Le larmoiement de l’œil est un écoulement constant qui peut devenir dérangeant au quotidien, voire être le signe d’une pathologie à traiter ! Le Dr Stéphanie Zwillinger et son équipe COP9 vous informent ici les causes, les symptômes associés et pathologies liées. Mais aussi quels sont les soins possibles, et surtout : quand prendre rendez-vous chez votre ophtalmologue ? Profitez de conseils, informations et astuces dans cet article !

larmoiement de l'œil

Qu’est-ce que le larmoiement de l’œil ?

L’œil qui pleure, ou les deux yeux, est un phénomène naturel et normal. Le larmoiement dépend de la glande lacrymale, présente à l’avant de chaque œil. Les canaux lacrymaux vont permettre une humidification permanente de la surface oculaire. La cornée est nettoyée et protégée grâce à cette sécrétion lacrymale.

Cependant, un trop grand larmoiement de l’œil, produit dans les voies lacrymales, peut être causé par un dysfonctionnement. Même en clignant des yeux souvent, la surface oculaire se retrouve excessivement humidifiée. Souvent, d’autres symptômes se greffent à ce problème, comme une rougeur ou une gêne à la glande lacrymale.

L’œil peut aussi produire ce larmoiement la nuit, on se réveille alors avec la sensation d’avoir les paupières collées et avec une petite gêne.

Découvrez dans la partie suivante quels sont les symptômes qui doivent vous alerter dans le cas d’un larmoiement de l’œil… Car il peut être important, voire urgent, de consulter un spécialiste !

J’ai un larmoiement de l’œil : est-ce normal ?

L’équipe COP9 vous rassure : avoir un œil qui pleure de manière ponctuelle est fréquent et sans danger.

Néanmoins, le larmoiement de l’œil est anormal lorsqu’il devient gênant au quotidien, et est accompagné d’autres symptômes. Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire à la fin de cet article.

Les symptômes liés au larmoiement de l’œil sont les suivants :

  • une hyper humidification constante de l’oeil ;
  • démangeaisons et inconfort, comme si l’on avait du sable dans les yeux ;
  • on observe des yeux rouges.

L’équipe COP9 du Dr Zwillinger vous rappelle que les yeux qui pleurent doivent être régulièrement hydratés, avec un sérum physiologique. Le larmoiement de l’œil est un phénomène naturel de défense et de lubrification de l’œil, et vous ne devez pas chercher à assécher votre œil.

Les causes pouvant expliquer ce phénomène sont multiples :

Si vous observez toute gêne au niveau du canal lacrymal, un symptôme listé ci-dessous (ou plus), que vos yeux sont irrités et douloureux pour les cligner, que la présence de votre liquide lacrymal est excessive : prenez rendez-vous en ophtalmologie pour effectuer des examens et un bilan ophtalmologique.

Quelles sont les causes du larmoiement de l’œil ?

Votre ophtalmologue, lors du rendez-vous, va effectuer un ensemble d’examens avec son matériel spécialisé afin de chercher la raison du larmoiement de l’œil.

L’équipe COP9 vous présente une liste exhaustive de causes du larmoiement de l’oeil :

  • une pathologie comme la blépharite, la conjonctivite ou la kératite ;
  • une poussière dans les yeux, causant une inflammation de la surface de l’oeil ;
  • une fatigue oculaire : beaucoup de temps devant un écran peut causer une sécheresse des yeux ;
  • certains médicaments : pensez à lire la notice et les effets secondaires ;
  • des allergies ;
  • le port trop long de lentilles de contact (profitez de nos conseils dans cet article !).

Il existe aussi des larmoiements moins graves liés par exemple aux gaz d’échappements, à la fumée de cigarette ou à un courant d’air. Différentes causes peuvent donc expliquer un larmoiement accompagné d’un œil rouge.

N’oubliez pas : si l’inconfort, les démangeaisons et le larmoiement sont réguliers, vous pouvez aller consulter un ophtalmologiste qui effectuera un diagnostic.

Quels soins ophtalmo pour le larmoiement de l’œil ?

Au terme du rendez-vous avec l’ophtalmologue, selon la pathologie, il pourra être prescrit une ordonnance avec un traitement médical adapté.

Le traitement initial d’une sécheresse oculaire repose sur des larmes artificielles (collyre) ou de la pommade cicatrisante en cas de pathologie comme des kératites.

Le but est d’apporter à la fois un soulagement au patient, de lubrifier l’œil à l’aide de collyres ou de gel ophtalmique, et de relancer le bon fonctionnement des glandes lacrymales.

Nos conseils de l’équipe COP9 :

  • l’instillation des gouttes oculaires doit être régulière et rigoureuse afin d’assurer une bonne guérison et d’éviter un retour du larmoiement de l’œil ;
  • il est demandé d’arrêter le port de lentilles de contact et d’opter pour des lunettes le temps de guérison ophtalmologique ;
  • pratiquer une rééducation orthoptique permet de faire travailler l’œil et d’améliorer la situation face au larmoiement !

Notre équipe COP9 est composée de deux orthoptistes, n’hésitez pas à prendre rendez-vous auprès de l’une d’elles en cliquant sur orthoptie.

Pour plus de renseignement sur nos orthoptistes, notre ophtalmologue le Dr Stéphanie Zwillinger ou tout simplement avoir des conseils et astuces au quotidien ? Suivez nos pages Facebook ou Instagram sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.