CHIRURGIEN OPHTALMOLOGISTE
Spécialiste Glaucome, Cataracte, Pédiatrie​

Les couleurs de l’iris

Pourquoi la couleur de l’iris diffère-t-elle d’une personne à une autre ? Dans cet article, le Dr Zwillinger et son équipe pluridisciplinaire COP9 vous présentent les caractéristiques de l’iris, partie colorée de l’œil, tout en vous sensibilisant à l’albinisme oculaire, un cas unique de coloration de l’iris.

couleurs de l’iris
Les couleurs de l’iris

Pour mieux comprendre les couleurs de l’iris : qu’est-ce que l’iris ?

Dans le globe oculaire, l’iris est une membrane située entre la cornée et le cristallin. En son centre se trouve un orifice, nommé la pupille, que l’on reconnait comme un point noir central.

L’iris est entouré par deux muscles lisses : l’un va tendre la membrane, l’autre va la replier. Ces mouvements servent à ajuster la taille de la pupille pour contrôler la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil.

Pour utiliser une terminologie ophtalmologique précise, on va nommer ce phénomène de :

  • mydriase lorsque la pupille est dilatée ;
  • myosis quand la pupille se resserre.

Dans cette membrane se situent des cellules pigmentaires dont le nombre et la disposition créent un panel de couleurs de l’iris variés : bleu, vert, marron, noir…

Dans le cas d’un albinisme oculaire, ces pigmentations sont absentes. L’iris apparaît bleu clair ou transparent : n’hésitez pas à découvrir plus d’informations dans la dernière partie de notre article !

Les couleurs de l’iris ne jouent pas un rôle dans le besoin de correction optique, si vous observez toute difficulté dans votre champ visuel, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour des examens complémentaires ophtalmiques.

Qu’est ce qui donne à nos yeux les couleurs de l’iris ?

Les couleurs de l’iris évoluent avec le temps : on remarque fréquemment ce changement chez les nouveau-nés et les enfants. Cependant, ce phénomène est plus rare chez les adultes.

Deux facteurs sont à prendre en compte pour mieux comprendre les couleurs de l’iris :

  • les facteurs génétiques, avec la quantité de mélanine présente dans l’iris ;
  • les facteurs physiques, comme la réflexion de la lumière.

Même si l’on peut avoir l’impression de voir deux personnes aux yeux bleus, ils ne seront pas pour autant semblables. Les fins canaux qui constituent l’iris sont très différents d’une personne à l’autre, voire d’un œil à l’autre.

Cependant, il est extrêmement rare qu’un individu ait les couleurs de l’iris différentes d’un œil à l’autre. Ce cas, très rare, est nommé yeux vairons.

L’albinisme oculaire : un cas particulier de couleurs de l’iris.

L’albinisme oculaire est souvent observé à la naissance par les parents. Dès qu’un doute subsiste, il est nécessaire d’effectuer un bilan auprès d’un ophtalmologue pédiatrique, et de réaliser un bilan génétique.

Les principaux symptômes de l’albinisme oculaire sont les suivants :

  • une vision défectueuse (myopie, astigmate, hypermétropie) ;
  • un déficit partiel ou total de pigmentation des yeux ;
  • parfois accompagné d’une dépigmentation de la peau (appelé albinisme oculo-cutané).

Pour que l’œil se développe dans des bonnes conditions, il faut qu’il ressemble à « une chambre noire » qui correspond à la cavité vitréenne de l’œil, du tissu sensoriel « la rétine », et pour finir, une ouverture en avant de l’œil « la pupille » contrôlée par un diaphragme « l’iris ».

Nous pouvons comparer l’œil à cette chambre noire : l’intérieur du globe oculaire est tapissé de l’épithélium pigmentaire, dont les cellules pigmentées ne permettent pas à la lumière de passer. Grâce à un système de contraction et relâchement, développé dans notre partie “Pour mieux comprendre les couleurs de l’iris : qu’est-ce que l’iris ?”, la quantité de lumière entrant dans l’œil est contrôlée.

Cependant, dans le cadre d’un albinisme oculaire, on observe un déficit de ces cellules pigmentées. L’œil a donc plus de difficulté à créer cet espace sombre pour traiter la lumière et les images perçues.

Quelles sont les conséquences de la dépigmentation des couleurs de l’iris ?

Lorsque l’on observe un œil albinos, les couleurs de l’iris sont d’un bleu presque translucide. Par rétro-illumination, ou lors d’examens en ophtalmologie, le professionnel de la santé visuelle constatera un œil pouvant devenir rouge.

Au-delà de cette conséquence esthétique, la personne atteinte d’albinisme oculaire aura un état quasi constant d’éblouissement. Cette superposition constante à la lumière empêche une stimulation normale de la rétine.

Ce défaut de pigmentation entraîne des conséquences sur le développement du système visuel :

Il n’existe pas de traitement contre cette pathologie des couleurs de l’iris et nécessite un suivi régulier chez l’ophtalmologue en prenant rendez-vous au rythme indiqué par le praticien.

Une protection oculaire, mais aussi cutanée est nécessaire pour éviter toute complication : à cause du déficit de mélanine, les personnes albinos sont très sensibles aux rayons du soleil ! Se protéger les yeux du soleil est donc indispensable, d’autant plus dans ce cas de dépigmentation des couleurs de l’iris.

Pour plus d’informations ? Écrivez-nous un commentaire, parlez-en à votre ophtalmologue, ou contactez-nous sur les réseaux sociaux, Facebook comme Instagram !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.