CHIRURGIEN OPHTALMOLOGISTE
Spécialiste Glaucome, Cataracte, Pédiatrie​
APPELEZ-NOUS

Comprendre… le daltonisme

Dans cet article disponible sur le site Femme Actuelle, le Dr Stéphanie Zwillinger intervient sur le daltonisme. Cette anomalie de la vision vient affecter la perception de la couleur au niveau de la rétine. Mais savez-vous qu’il existe plusieurs types de daltonisme, et comment le dépister ? Pour encore plus d’informations, continuez votre lecture !

Le daltonisme
Un enfant effectuant un test sur les couleurs

Présentation du daltonisme

Le daltonisme n’est pas une maladie ou une pathologie visuelle. Il s’agit d’une particularité de l’œil humain qui va modifier la façon dont il va distinguer les couleurs. Il est généralement héréditaire et récessif. Le daltonisme perdure toute la vie, sans évolution. Il n’y a ni amélioration ni aggravation à constater.

Le mécanisme de la vision dépend de la perception de trois couleurs : le rouge, le bleu et le vert. L’association de ces trois permet de former toute une nuance de teintes.

Pour simplifier le fonctionnement de la distinction des couleurs :

  • La rétine est composée de deux types de cellules photoréceptrices, les cônes et les bâtonnets.
  • Il existe 3 types de cônes responsables de la vision en couleurs : cônes rouges, cônes verts et cônes bleus. L’activation de ces 3 cônes récepteurs permet de voir toutes les teintes.

Les cônes se basent sur la longueur d’onde émise par la couleur. La couleur rouge a une grande longueur d’ondes, la couleur bleu une petite longueur d’ondes, et la couleur verte (moyenne longueur d’ondes). Lorsque l’un de ces cônes est déficient, le cerveau n’a alors pas la possibilité de recevoir l’information sur la couleur correspondante.

Cette anomalie de la vision est repérée à l’aide de planches représentant des chiffres ou des dessins formés de points colorés sur un fond d’une autre couleur. Dans ce cas, les personnes atteintes ne pourront pas différencier les couleurs et distinguer le dessin.

L’équipe COP9 vous invite alors à prendre un rendez-vous pour un examen ophtalmologique plus approfondi, qui pourra permettre de préciser le type de daltonisme.

Il y a plusieurs formes de daltonisme, la plus courante est la confusion entre le vert et le rouge. Continuez votre lecture pour les découvrir.

Les différents types de daltonisme

Il existe différentes catégories de daltonisme, que l’on regroupe en deux catégories, les daltonismes “ rouges-verts” et les daltonismes “bleus-jaunes”. Selon le type, la personne atteinte de daltonisme va percevoir les couleurs, et donc son environnement, différemment.

Il est possible qu’une personne soit atteinte de plusieurs daltonismes, soit 46 possibilités, tous à des degrés différents. Il existe donc autant de visions des couleurs que de daltoniens.

Les daltonismes “bleus-jaunes”

Il s’agit du plus courant, que l’on pense être d’ailleurs comme le seul type de daltonisme. Il est transmis par le chromosome X de la mère, et c’est un gêne récessif. Il existe différents types de daltonismes “bleu-jaunes” :

  • la deutéranopie : absence totale du fonctionnement des cônes verts ;
  • la protanopie : absence totale du fonctionnement des cônes rouges ;
  • la deutéranomalie : un dysfonctionnement partiel des cônes verts ;
  • la protanomalie : un dysfonctionnement partiel des cônes rouges, qui seront plus ternes.

Les daltonismes “bleus-jaunes”

Le daltonisme “bleus-jaunes” est un type moins connu et moins courant… Néanmoins, il est tout aussi important de le dépister. Cette anomalie visuelle est sans lien avec les chromosomes, avec autant de chance de l’avoir en tant qu’homme que femme : 

  • la tritanopie : absence totale du fonctionnement des cônes bleus ;
  • la tritanomalie : un dysfonctionnement partiel des cônes bleus ;
  • l’achromatopsie : absence totale du fonctionnement des cônes, avec une vision monochromatique en nuances de gris (extrêmement rare).

Nous vous rappelons que le daltonisme n’est pas une maladie oculaire, et que si vous constatez une vision trouble, des maux de tête ou encore une fatigue visuelle, n’hésitez pas à prendre rendez-vous auprès de votre ophtalmologue.

Les symptômes du daltonisme

Les déficiences ne sont parfois pas immédiatement remarquées par le patient. Il faut parfois attendre de nombreuses années avant de se rendre compte que l’on est daltonien !

Voici un ensemble de symptômes qui peuvent vous alerter quant à la possibilité d’être atteint de daltonisme, vous ou un de vos proches :

  • difficulté à reconnaître des caractéristiques colorées chez une personne, comme le maquillage, la couleur des yeux, etc. ;
  • difficulté à différencier la viande saignante ou cuite, la couleur des fruits…;
  • une description plus nuancée des couleurs ;
  • difficulté à définir une couleur avec exactitude.

L’équipe COP9 attire votre attention que certaines pathologies, comme le diabète ou le glaucome peuvent être à l’origine de symptômes comme une baisse de la vision colorée.

Dans ces cas, l’altération de la perception des couleurs s’accentue avec le temps, à cause de l’évolution de ces pathologies. Si vous constatez que vous avez du mal à différencier des teintes, et une baisse du spectre visible des couleurs, il ne s’agit pas de daltonisme. N’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre ophtalmologiste.

Les traitements contre le daltonisme

Les patients peuvent se demander s’il est possible de soigner le daltonisme ?

Même si on ne peut pas prévenir cette anomalie, son dépistage est très simple et est souvent réalisé dès la première visite médicale à l’école.

À l’heure actuelle, aucun traitement n’est en mesure de permettre de rétablir une vision normale des couleurs. Mais certaines solutions sont mises en place :

  • des professionnels proposent des verres permettant de compenser les anomalies de la perception des couleurs ;
  • certains jeux vidéo ont déjà intégré des filtres dans leurs paramètres, pour faciliter l’immersion des joueurs daltoniens.

Malgré le handicap que cela peut procurer, le daltonien possède son propre système de références pour voir la couleur. Les nuances manquantes sont remplacées par différentes teintes de gris.

Pour conclure cet article sur le daltonisme, il est important de le diagnostiquer au plus tôt pour éviter toute incompréhension à l’école lors des apprentissages et mettre en place des solutions et des aides pour ne pas pénaliser l’enfant. L’acuité visuelle n’est pas touchée par cette anomalie, et n’entraîne aucun trouble de la vision. En somme, les daltoniens voient les choses différemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *