CHIRURGIEN OPHTALMOLOGISTE
Spécialiste Glaucome, Cataracte, Pédiatrie​

L’œil : un organe qui s’adapte à tout

L’œil est un organe en mouvement constant. Il permet de voir par captation de la lumière et a la capacité de distinguer les formes et les couleurs. C’est aussi un organe musclé, ayant de grandes capacités d’adaptation en fonction de la distance qui nous sépare de l’objet de notre attention. Découvrons donc les capacités uniques de cet organe qui nous permet d’observer le monde qui nous entoure.

L'œil
L’œil : un organe extraordinaire !

L’œil, un organe musclé fait pour bouger

Aussi appelés les muscles oculomoteurs, les muscles de l’œil permettent de mettre en mouvement et de maintenir le globe oculaire au sein de la cavité osseuse de l’orbite. Encadré de 4 muscles droits et de 2 muscles obliques, l’œil peut alors se mouvoir dans toutes les directions souhaitées, pour analyser ce qui nous entoure.

Comment ces muscles de l’œil fonctionnent-ils ?

Tout simplement, si vous souhaitez baisser le regard, c’est le muscle droit inférieur qui intervient. Vous voulez lever les yeux ? Votre muscle droit supérieur interviendra pour effectuer le mouvement. Lorsque vous louchez, vous ramenez votre œil vers le nez. Pour cela, vous utilisez votre muscle droit interne pour effectuer une adduction. À l’inverse, c’est une abduction, et votre œil sera orienté par le muscle droit externe vers votre tempe.

Pour jeter un regard en coin, en orientant votre œil vers la tempe et le haut, vous allez utiliser votre muscle oculomoteur le plus court : le muscle oblique inférieur. Et pour l’inverse, vers le nez et le bas, c’est le muscle oblique supérieur qui interviendra, le plus long. N’hésitez pas à tester quelques mouvements d’œil après avoir lu ce paragraphe, et d’essayer d’analyser quel muscle vous avez employé !

L’accommodation : quand l’œil « fait le point »

Cette expression volée au milieu photographique permet d’imager simplement le phénomène d’accommodation de l’œil. Il permet d’adapter sa puissance visuelle et d’améliorer sa vision proche et lointaine. C’est un phénomène naturel qui repose sur une légère déformation du cristallin qui va se bomber légèrement ou se détendre, selon la nécessité de vision.

Son fonctionnement exact repose sur les corps ciliaires. Ceux-ci vont se contracter afin de permettre à l’œil de regarder au loin. À l’inverse, les corps ciliaires vont se relâcher et converger au maximum pour permettre une vision de près claire. Cette capacité d’accommodation de l’œil reste limitée puisque le cristallin, dont la forme se bombe ou se détend, ne peut pas se déformer indéfiniment.

Cette accommodation se mesure en dioptries chez votre ophtalmologue lors de votre rendez-vous. Il y est observé la capacité de votre œil à varier sa convergence. La plus petite distance où votre vision est claire est nommée punctum proximum et la plus grande distance pour laquelle la vision sera nette s’appelle punctum remotum.

La capacité d’accommodation n’est pas une capacité fixe de l’œil humain. Elle va évoluer au fil de l’âge : un enfant peut passer d’une vision lointaine à une vision extrêmement rapprochée en 350 ms, soit une capacité d’accommodation de 14 dioptries. Enfant, l’accommodation est très grande, puis elle se régule, pour ensuite se réduire avec l’âge.

Cette réduction s’explique simplement : en vieillissant, le cristallin se rigidifie, ce qui diminue la capacité accommodative de l’œil, causant la presbytie. D’où il est nécessaire, à tout âge, d’avoir un suivi ophtalmologique afin de s’assurer du bon vieillissement de l’œil ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.